En duo avec Stacey Kent (22h, le Mercredi 10 octobre 2018) : TP 40€ / TR 34€

HORAIRES DE PASSAGE
Diego Imbert : 20h00
Vincent Peirani : 21h30
Vincent Peirani
Living Being II
« Nightwalker »
Jazz / France
Vincent Peirani : accordéon / Emile Parisien : saxophone / Tony Paeleman : Fender Rhodes / Julien Herné : basse / Yoann Serra : batterie

Jazzman reconnu dans toute l’Europe, Vincent Peirani maîtrise tout autant la world music, le classique, la chanson française ou la pop. Mais à l’écoute de son nouvel album, on reconnaît que Peirani a fait de son accordéon un véritable instrument de rock. Sur « NightWalker », il excelle avec un quintette parfaitement rodé avec lequel il reprend notamment de fantastiques morceaux de Led Zeppelin. Avec Living Being II, tous les instruments mélodiques sont à pied d’égalité : le Fender Rhodes de Tony Paeleman, tantôt grondant, tantôt aérien, le saxo soprano clair d’Émile Parisien, qu’il a cette fois préféré au saxo ténor, et bien entendu le merveilleux accordéon aux multiples facettes du leader ! « Living Being II – NightWalker », l’album à la délicatesse la plus puissante de l’année.

VIDEO
Diego Imbert - Tribute to Charlie Haden feat Enrico Pieranunzi and André Ceccarelli
Jazz / Usa - France
Diego Imbert : contrebasse / Enrico Pieranunzi : piano / Andre Ceccarelli : batterie / Pierre Bertrand : flûte / Stéphane Chausse : clarinette / Ariane Bacquet : hautbois / Johan Renard, Caroline Bugala : violons / Paul Colomb, Fred Deville : violoncelles

Diego Imbert dédie Tribute to Charlie Haden, sorti en 2017, à ce grand maître de la contrebasse disparu en 2014. Un hommage au lyrisme et au sens de la mélodie de ce légendaire musicien que le contrebassiste français considère comme une figure fondamentale. C’est donc avec ses propres codes qu’il a pensé ce répertoire, constitué de compositions originales comme de reprises de morceaux emblématiques de Haden. Pour rendre hommage à cet artiste majeur, le contrebassiste a fait appel au pianiste Enrico Pieranunzi, qui a bien connu Haden et a enregistré quatre albums avec lui, et au batteur André Ceccarelli, reconstituant ainsi un trio déjà réuni sur l’album Ménage à trois de 2016. Délicatesse des balais, rondeur de la contrebasse et lyrisme du piano servent avec subtilité la mélodie si chère au contrebassiste disparu.