Sam 12 oct • 20h

Paul Personne · Sugaray Rayford · Bror Gunnar Jansson · Dirty Deep

Tarif plein : 24€ 
Tarif réduit : 21€
Sur place : 27€
Paul Personne
Rock - blues / France

Guitariste de génie, reconnu par les plus grands, Paul Personne a su cultiver sa différence : celle de sa voix chaude mêlée aux guitares. Si l’étiquette de bluesman lui colle à la peau, il est aussi un mélodiste exceptionnel et un auteur de talent. Cette année, il nous propose Funambule ou tentative de survie en milieu hostile, un album chaud et électrique comme il en a le secret, avec des textes et des riffs endiablés accompagnant de sa voix rocailleuse des mots qui reflètent ses sensations et sentiments sur le monde qui nous entoure. 19 ans après sa première performance à NJP, « l’homme à la Gibson » revient sur scène pour nous faire vibrer une fois encore, avec de nouveaux disques d’or sous le bras. Il inaugure avec NJP une nouvelle tournée qui débute cet automne pour s’achever au printemps prochain.

Guitariste de génie, Paul Personne a su cultiver sa différence : celle de sa voix chaude mêlée aux guitares. L’étiquette de bluesman lui colle à la peau, mais il est aussi un mélodiste et un auteur hors pair, de retour sur scène avec un nouvel album Funambule ou tentative de survie en milieu hostile.

Sugaray Rayford
Blues – Soul / USA

De l’autre coté de l’Atlantique, le nom de Sugaray Rayford est sur toutes les lèvres. Il est l’homme à la voix de miel, l’incontournable du monde de la soul et du blues, et le prêcheur gospel nouvelle génération. Véritable showman, il offre des présences scéniques magnétiques, des pas de danse à la James Brown et un style de chant old school faisant écho à Muddy Waters, Otis Redding ou Teddy Pendergrass. Nommé dans plusieurs catégories des Blues Music Awards, son groupe est connu et reconnu pour son énergie et sa créativité. Leur 4ème opus de 10 chansons intitulé Someboy Save Me (Forty Below Records/Bertus) explorent les contrastes entre lumière et obscurité, avec des ballades soul, des chansons d’amour et des critiques sociales qui n’en finissent pas de faire frémir nos cœurs.

Désigné comme l’homme à la voix d’or, Sugaray Rayford est l’incontournable du monde de la soul et du blues. Accompagné de son groupe, il offre une présence scénique magnétique, des pas de danse à la James Brown et un style de chant old school inspiré de Muddy Waters, Otis Redding et Teddy Pendergrass.

Bror Gunnar Jansson
Blues / Suède

La musique de Bror Gunnar Jansson est fortement marquée par l’héritage des pionniers du blues (de Son House à Lightnin Hopkins), mais son univers onirique et mélancolique pourrait trouver sa place dans un film de David Lynch ou encore de Tarantino. Les fils conducteurs de cet artiste unique : sa voix reconnaissable, le minimalisme et les aventures de meurtriers évoluant entre Amérique fantasmée et légendes. Capable de jouer de la guitare et de la batterie en même temps, l’artiste abandonne cette année ses capacités d’homme orchestre pour s’associer à d’autres musiciens. De retour avec une formule trio inédite annonçant le nouvel album They found my body in a bag prévu en septembre 2019, le multi-instrumentiste de Göteborg prend un virage rock qui donnera un nouvel élan (suédois sans aucun doute) à sa carrière.

Bror Gunnar Jansson, marqué par l’héritage des pionniers du blues, a un univers onirique et mélancolique qui semble appartenir à un film de David Lynch ou de Tarantino. De retour avec une formule trio annonçant le nouvel album, They found my body in a bag, il donne un virage rock à sa carrière.

Dirty Deep
Blues-Rock / Grand Est

Dirty Deep, c’était d’abord un solo, puis un duo, avant de devenir le trio que l’ont connaît actuellement. Dix ans et quatre albums plus tard, le groupe est devenu une figure majeure du blues rock français. Les Alsaciens, inspirés par le delta blues, celui des John Lee Hooker ou de Robert Johnson, ont leur propre conception du style et de la production musicale. Loin d’être puriste, le groupe emprunte des chemins de traverse, en se référant à des monstres sacrés du genre comme des artistes plus contemporains. Et pour cause ! Les membres n’émanent pas tous du blues mais d’univers lointains, celui du hip-hop ou du hardcore. Il est donc logique que le groupe séduise au-delà des sphères cuivrées, et touche des publics garage ou métal/rock.

Dix ans après ses débuts, Dirty Deep, s’illustre comme un groupe de bluesmen atypiques, puisant ses inspirations aussi bien chez John Lee Hooker que dans les répertoires hip-hop ou hardcore de ses membres. Il n’est donc pas étonnant qu’il séduise autant les amateurs du delta blues que les publics métal ou rock.